Sauve-toi Pinocchio !

vendredi 24 septembre

Incroyable, on penserait qu'ils seraient 30, ils étaient 150 !!!!!

Un bonheur, pas toujours simple à gérer, mais quelle joie de voir 150 sourires de satisfaction. Donc, ça a super bien fonctionné, et pour les artistes c'était une expérience très intéressante. Plus que deux jours avant la première représentation scolaire, lundi matin à 9h.... alors aujourd'hui, avec l'expérience de la veille, Olivia et les comédiens s'emparent du plateau pour répéter, caler, essayer, ajuster. Tout ça pour votre bonheur...

Un petit conseil, venez jeudi soir, il y aura une petite surprise !

jeudi 23 septembre,

Je partage avec vous ces instants si particuliers de la création d'un spectacle, ce soir nous offrons aux habitants du quartier la possibilité d'assister à l'une des dernières répétitions, c'est un peu comme une générale. Nos voisins seront donc les premiers spectateurs de Sauve-toi Pinocchio !

Début de la répétition à 18h, en attendant de vous raconter leurs réactions, une photo faite ce matin, par Laurent Lange, des 5 comédiens qui sont en ce moment même en pleine préparation, certains sur le plateau à échauffer leur voix, d'autres dans les loges à se maquiller et enfiler leurs costumes. Plus qu'une heure avant cette confrontation tant attendue avec le public.

L'histoire

Tout le monde connaît les aventures de l’espiègle créature façonnée par Geppetto. Pourtant, sous la plume d’Olivia Duchesne, l’histoire s’est réécrite.

Un hymne à la liberté et à la lutte contre toute forme de discrimination envers ceux qui sont différents.

Cette réécriture, La Fée Bleue invente des enfants pour s'amuser. Comme elle est très douée, elle les fabrique en chair et en os et comme elle est insouciante, elle les laisse traîner par-ci par-là. Sauf Pinocchio. En effet, elle trouve que cette fois, son talent a frisé le génie donc elle décide de le laisser chez un homme pour éviter que son chef-d'œuvre n'atterrisse dans la rue comme souvent. Cet homme est Geppetto. Hélas, Geppetto a bien d'autres choses à faire que de s'occuper de Pinocchio. C'est donc pour se débarrasser de ce cadeau empoisonné qu'il envoie le garçon à l'école.  Mais sur le chemin, il peut se passer bien des choses et Pinocchio a déjà du caractère ...

  • Mise en scène : Olivia Duchesne
  • Avec : Alain Camus, Olivia Duchesne, Nicole Kurtovitch, Marie-Christine Mathieu et Laurent Rossini
  • Lumières : Laurent Lange
  • Costumes : Sophie Bossé
  • Scénographie : Terence Barnes
  • Durée 1h30

 

Olivia Duchesne, le metteur en scène et la fée bleue

C’est en 1999, lors des ses études universitaires de lettres, qu’Olivia découvre la Théâtre. Elle intègre l’association théâtrale des étudiants de Nouvelle-Calédonie, Les Strapontins, avec laquelle, elle va jouer dans 4 pièces sous la direction de Marie-Eve Delatte. En mai 2002, elle comprends que le Théâtre est sa vie et décide de poursuivre ses études de lettres en métropole tout en intégrant le Conservatoire National de Marseille. C’est donc un parcours exemplaire que celui de cette jeune femme volontaire et passionnée, puisqu’elle va passer sa maîtrise et son DEA de Lettres Modernes avec mention Très bien tout en suivant les cours du Conservatoire.

En arrivant en métropole elle a jouée avec la compagnie Le Bruit des Hommes dans Les 7 portes de Corto. Elle connaît bien l’univers d’Edward Bond pour avoir joué dans Auprès de la mer intérieure et pour avoir mis en scène Rouge, Noir et Ignorant. Elle a également jouée dans Est-ce qu’on meurt de ça, Les Cinq Dits des clowns au prince de Jean-Paul Alègre, La Machine Infernale de Jean Cocteau, Le Théâtre Ambulant Chopalovitch de Lioubomir Simovitch, Les Strapontins Jouent avec Louis Jouvet, Un meidosem éclate mis en scène par Pilar Antoni. Au Conservatoire elle a joué et mis en scène L’Amour de Phèdre de Sarah Kane. En 2009 elle a mis en scène et joué dans Si ce n'est toi d’Edward Bond et Kiwi de Daniel Danis.

Laurent Rossini, Pinocchio

A la fois comédien et metteur en scène, Laurent Rossini a découvert le théâtre en Corse en intégrant la troupe de l’Aghja, à Ajaccio. Elève au Conservatoire national de Marseille, il a collaboré comme comédien à une dizaine de créations (Sarah Kane, Ribes...). Il a joué dans Théâtre sans animaux de Jean-Michel Ribes, Où est ma fiancée d’après Eugène Savitskaya, Cyrano de Bergerac d’après Edmond Rostand, Manhattan Médéa et Barbe Bleue espoir des femmes de Dea Loher, J’ai jamais entendu des histoires comme ça, d’après les écrits de gitans. Il a également créé et mis en scène en 2008 un spectacle baptisé (Des) informations.  Depuis 2008, il a participé à toutes les créations de la compagnie cris pour habiter Exils.

Alain Camus, Geppetto, le directeur du Théâtre, le juge, Sylvio

Amoureux du théâtre et du langage, Alain Camus, tout en étant enseignant de Lettres, a consacré une grande partie de sa vie à sa passion. Il a suivi de nombreuses formations dont  celle de l’Ecole d’Art dramatique du Conservatoire du Val Maubuée en Seine et Marne.

Son métier d’enseignant l’a amené à beaucoup voyagé, il a donc joué à Tahiti, à Mayotte et en Nouvelle-Calédonie.

On a pu le voir dans Treize à table, comédie de boulevard de Marc Gilbert Sauvageon ; Correspondances, une création contemporaine à partir de la correspondance de Sade pour le bicentenaire de la Révolution Française ; Le chat Miroir de A. Beguin, dir.B.Weiler, Quai ouest de B.M. Koltès, dir. Liliane Delval-Léotard et Ph. Drancy ; Les hommes de plein vent de Manuel Touraille, dir. Max Darcis ; Les pas perdus de D. Bonal, dir. D. Jean ; Théâtre sans animaux de J.M. Ribes, mis en scène par Dominique Jean. On a également pu le voir dans L’odeur du bois de santal, un court métrage réalisé par Fabien Cailleau, et L’archipel des forçats . Dans le domaine de l’écriture il a reçu le 2ème prix du récit de vie avec « La vie, simplement la vie », à Poindimié en avril 2009, lors du Concours « Ecrire en Nouvelle Calédonie ». Il a également co-écrit le texte d‘1h30 avec Caroline Martin qui a été joué récemment au Théâtre de l’île.

Marie-Christine Mathieu, la Femme-renard, la fille 1, Carmelo

Elève des ateliers Cirque et Théâtre de Nouméa de 1993 à 1995, elle a poursuivit sa formation avec Isabelle de Haas en 1996. On a pu la voir dans Candide de Voltaire, Le roi se meurt de Ionesco, Les bonnes de Jean Genet, Monsieur Barnett de Jean Anouilh. Elle a participé à l’écriture et aux mises en scènes de Délir...s de femmes, Dézir...s de femmes et Dériv...s de femmes. Elle aime également les opéras comiques puisqu’elle a joué dans Les mousquetaires au couvent de Louis Varney et La belle Hélène d’Offenbach.

Elle a plus récemment créée deux spectacles : Marie Tambouille et Le voyage de Setiawati, destinés au jeune public.

Nicole Kurtovitch, la femme chat, la fille 2, le professeur

Nicole est une habituée des planches depuis de nombreuses années mais n’aime pas trop en parler. Sa pudeur naturelle la rattrape c’est pourquoi elle souhaite simplement nous dire qu’après le bonheur d’avoir joué Fin de Partie de Samuel Beckett l’année dernière, c’est avec joie qu’elle aborde Sauve-toi Pinocchio ! et que c’est un plaisir de revenir au Théâtre de l’île.

Note d’intention d’Olivia Duchesne

Geppetto est un homme seul, sans enfant et sans femme car il est grincheux et pauvre. Il est au chômage et cela l'a conduit à l'alcoolisme ou l'inverse...

Un jour qu'il boit et chante devant le théâtre du quartier, il est assommé par les gardiennes du théâtre.

C'est la Fée Bleue qui le réveille et qui lui annonce qu'elle lui a déposé un cadeau chez lui: un enfant de chair et d'os inventé par elle le matin même. En effet, avec désinvolture, la fée lui explique qu'elle fabrique des enfants qu'elle laisse par ci par là ensuite. Mais subjuguée par le regard de l'enfant de chair et d'os qu'elle a bricolé ce jour-là, elle décide de l'offrir à ce Geppetto. Elle pense offrir à Geppetto son « Autre », l'étranger qui l'habite.  Mais ni Geppetto, ni la Fée Bleue ne parviendront à maîtriser Pinocchio, qui lui, aura le désir de devenir un humain « comme tout le monde ».  Déjà fait de chair et d'os, c’est une humanité plus complexe que Pinocchio cherchera à acquérir.  La réécriture portera l'accent sur le destin d'un héros du déplacement et sur son combat pour ce qu'il croit être sa liberté.  Le combat de Pinocchio consistera à tout faire pour ne plus être « une création » de la Fée Bleue. Pinocchio cherchera à se sauver des préjugés et à refuser que les autres tirent les ficelles pour lui. Il veut devenir lui. La pièce sera moins un conte moralisateur qu'un hymne à la liberté de l'enfance, à la résistance au monde des adultes -peut-on grandir sans souffrir ? - et un hymne à la lutte contre toute forme de discrimination envers ceux qui sont différents.

La compagnie

Comme son nom ne l'indique pas, la compagnie cris pour habiter Exils est née d'un profond désir d'inventer des chemins qui mèneraient – non pas vers le bonheur ; le bonheur c'est le chemin paraît- il –  vers l'exploration du monde et des hommes qui le bricolent.

Le monde est illisible. C'est la société qui propose des lectures. Notre travail consiste donc à tenter de remettre cette lecture en question. Nous envisageons le théâtre comme un immense laboratoire des comportements humains et par le choix de textes, de personnes, de modes de travail, nous essayons d'éclaircir notre compréhension du monde tout en acceptant ses mystères et en restant subjugué face à ce que peut-être jamais nous ne pénétrerons.

Nous ne promettons pas aux spectateurs de réponses définitives – une mise en scène ne suffirait pas pour déployer entièrement un texte mais devrait suffire pour donner faim, faim de chercher dans sa vie des réponses aux problèmes des personnages – mais nous les invitons à bien garder leurs pieds sur terre et à bien faire trembler les vérités qui peuplent leurs têtes.

Le chemin est long et incertain, il faut souvent débroussailler à mains nues mais la promesse de peut-être pouvoir rapporter et partager La Parole permet d'avancer vers cet inconnu, genoux tremblants, cœur palpitant et tête haute.

La compagnie a créée l'an dernier Si ce n'est toi de Edward Bond présenté au Théâtre de l'île et dans le cadre d'un passeport culturel, Kiwi de Daniel Danis joué au Théâtre de l'île et repris cette année. Le spectacle J'aime a aussi été présenté dans le cadre d'un passeport culturel au centre culturel Tjibaou, ce spectacle, qui se composait d'une petite exposition et d'un monologue, invitait les enfants à réfléchir sur le thème du sentiment amoureux et du couple.

La compagnie vient volontiers à la rencontre des élèves et de leurs professeurs désireux d'en savoir plus sur le travail effectué.  Olivia Duchesne intervient régulièrement dans des classes, de l'école primaire au lycée, pour des ateliers de pratiques ou de sensibilisation aux arts du théâtre et auprès des non voyants et malvoyants de l'association Valentin Haüy. 

Lu 953 fois

Ajouter un Commentaire

Soyez certain d'avoir rempli tous les champs "obligatoire" pour permettre la publication de votre commentaire. Un email sera envoyé à l'administrateur du site pour la publication du commentaire. Le Théâtre de l'Île se réserve le droit de le publier ou non. S'il contient des propos déplacés ou injurieux, nous l'effacerons sans autre forme de préavis.


Code de sécurité
Rafraîchir

Lettre d'information

Pour rester en contact avec le Théâtre de l'Île, abonnez-vous à nos courriers d'information.
captcha 

Page FaceBook

Derniers commentaires

Haut de page