mardi, 21 février 2012 08:33

Julia Migenes chante Schubert

Julia Migenes et Philippe Calvario, accompagnés de Victoria Kirsch au piano, plongent avec délice dans l’univers de Franz Schubert, le maître incontesté du lied. C’est à travers sa correspondance et ses sublimes lieders que nous allons découvrir le monde de Schubert, sa complexité et son génie. C’est grâce à la divine Julia Migenes que le théâtre et la musique vont s’unir d’une seule voix.

Publié dans Saison 2010
jeudi, 01 avril 2010 08:13

Julia Migenes Chante Schubert

Bonjour,  aujourd'hui, vendredi 16 avril, tout est complet, merci pour votre confiance

Biographie des artistes : Julia Migenes

Julia Migenes est née dans le Lower East Side de New York, de mère portoricaine et de père grec. Elle passe une enfance difficile et violente pendant laquelle elle aura cependant la révélation de sa vocation : engagée, à l’âge de 3 ans, pour remplacer au pied levé l’enfant de Madame Butterfly, elle se souvient encore de l’émotion vive, proche de l’effroi qui la saisit lorsque, seule en scène, l’orchestre, invisible dans la fosse devant elle, se met à entonner ses accords puissants. Une émotion qui trace définitivement le chemin de sa destinée.

Quelques années plus tard, alors qu’elle est élève au Lycée d’Art et de Musique de Manhattan, Leonard Bernstein la remarque et l’engage comme soliste dans le cadre de ses Young People’s Concert.

Julia Migenes entame alors une carrière à Broadway : elle fait partie de la distribution originale de Fiddler on the roof aux côtés de Zero Mostel. Elle incarne Maria dans West Side Story. Elle chante la première création de The Saint of Bleaker Street, un opéra de Menotti.

S’ensuit son départ pour l’Autriche, engagée pour interpréter Maria dans West Side Story, et le début d’une carrière au Volksoper de Vienne, ainsi que dans tous les pays germanophones. Elle interprète pendant sept ans les plus grands rôles du répertoire, monte régulièrement sur scène dans ses propres shows musicaux, participe à de nombreux programmes télévisuels certains étant même écrits spécialement pour elle. Elle remporte le Prix de l’interprète d’Opéra la plus populaire, et l’année suivante le prix de l’Artiste de variété la plus populaire. Décernés sur un vote du public, ces prix concernent l’ensemble des pays germanophones.

Repérée par le Met, alors qu’elle interprète Musette, La Bohème, à San Francisco, Julia Migenes est engagée pour trois productions et accepte d’être la doublure de Teresa Stratas dans Lulu d’Alban Berg. Elle remplacera au pied levé l’artiste souffrante le soir où cette production est diffusée en direct à la télé. Elle est acclamée, ovationnée pour ce rôle dans lequel elle donne la pleine mesure de son talent. Non seulement elle chante à la perfection cette partition particulièrement difficile mais elle manifeste une aisance de jeu telle que sa Lulu est encore dans les mémoires.

On en parle jusqu’en Europe où Maurice Béjart est en quête de l’impossible : il doit mettre en scène Salomé à Genève et cherche la perle rare : une cantatrice sachant danser... Bref, il n’y en a qu’une : elle s’appelle Julia Migenes et marquera Maurice Béjart au point de la comparer, encore des années après, à ses plus grandes danseuses.

Alors qu’elle répète Salomé , le réalisateur Italien Francesco Rosi prépare le tournage de Carmen. Il cherche désespérément l’oiseau rare, lui aussi : une chanteuse lyrique sachant danser, certes, mais qui soit avant tout une comédienne suffisamment sensuelle et pulpeuse pour incarner la brûlure de la passion... Et voilà Julia Migenes propulsée devant les caméras dans un film devenu depuis une référence incontournable du genre opéra filmé. Si la bande originale vaut à Julia Migenes un Grammy Award, son interprétation lui attire une notoriété mondiale et lui ouvre les portes des plus grandes scènes du monde : La Voix Humaine à Monte Carlo, Manon à Convent Garden, Tosca à Earl’s Court...

A ce jour, Julia Migenes a enregistré plus de quarante disques. Parmi les derniers enregistrements, citons : « Vienna », sous la direction de Lalo Schifrin, disque d’or six mois après sa parution ; en 1996, « Man of la Mancha », « L’homme de la Mancha »), direction et arrangements Paul Gemignani, avec Placido Domingo, Samuel Ramey, Mandy Patinkin ; en 1999, « Robert Stolz » et « The music of Franz Lehar » pour la BBC et, en 2000, « Catarina Cornaro » de Donizetti, « La Argentina » sur le répertoire de Piazzolla sorti en 2004.

A partir de 1998, Julia Migenes devient l’auteur de ses propres spectacles. Elle écrit « Diva au bord de la crise de nerfs », un One Woman Show chanté dans lequel elle brocarde et tourne en dérision l’opéra. En 1999 et 2000, Julia Migenes donne ce spectacle en français, à Paris et dans toute l’Europe francophone. Par la suite, ce spectacle existera dans sa version anglaise, à Londres, New York, Los Angeles… Mexico.

En 2000, Julia Migenes est à l’affiche de « Les Sept péchés capitaux » et de « Happy End » à la Zarzuela de Madrid.

En 2001, Julia Migenes crée « Passions Latines » : un spectacle chanté et chorégraphié, ans lequel elle rend hommage à ses racines latines : de Granados, Villa Lobos à la salsa la plus caliente … (ce spectacle est à l’affiche de  l’Olympia de Paris en mars 2002).

Pendant tout le mois de novembre 2001, « Diva au bord de la crise de nerfs» , « Diva on the verge »  dans sa version anglaise, est présenté à l’Odyssée Theatre de Los Angeles.

En janvier 2002, Julia Migenes accompagne Placido Domingo à l'Opéra de Los Angeles, dans un spectacle évoquant la Zarzuela.

En mars 2002, elle est sur la scène du Theater Artaud de San Francisco pour la première création de « The difficulty of crossing a field », un opéra contemporain, aux côtés du Kronos Quartet.

En Juillet 2002, Julia Migenes présente son spectacle « Passions Latines » sur les scènes des festivals les plus importants d’Europe. Elle fait une halte remarquée au Festival d’Avignon, cour d’honneur du Palais des Papes, pour une nuit de tango exceptionnelle. Ce spectacle « La Argentina » remporte un vif succès à l’affiche du Théâtre Musical de Paris Châlelet, en novembre 2003, et donne lieu à une grande tournée internationale.

En Juin 2003, elle est invitée par le Festival de Musique Sacrée de Fès où elle crée un récital de chants sacrés.

En 2004, Julia Migenes est l’une des protagonistes, aux côtés de Barbara Hendricks, du nouvel opéra de Peter Eötvös « Angels in America » (d’après le la pièce de Tony Kushner) dans une mise en scène de Philippe Calvario et une scénographie de Richard Peduzzi au Théâtre Musical de Paris Châlelet.

2005, c’est pour Julia Migenes l’enregistrement d’un nouvel album consacré au Jazz (sortie début 2006), les premières répétitions du Pierrot Lunaire (A.Schönberg) que Hans Peter Cloos mettra en scène à New York début 2006, et une nouvelle collaboration avec Philippe Calvario pour « Alter Ego », un récital présenté sur scène en 2006.

En 2006, est sortie également aux Editions du Rocher la  première biographie de l’artiste : « Mémoires d’un oiseau rebelle ».

Côté scène, Julia a présenté sur la scène du Châtelet  en novembre 2006 pour présenter « Alter Ego » dans une mise en scène de Philippe Calvario.

Pour sa 7ème édition, les Opéras en Plein Air ont confié en 2007 la mise en scène du Barbier de Séville de Gioachino Rossini à Julia Migenes avec une série de représentations dans des lieux tels que le Jardin du Sénat ou encore le château de Champ de Bataille à Evreux ou le château de Vaux le Vicomte.

Après une tournée de récitals classiques en novembre 2007 pour laquelle elle fut accompagnée de Janine Reiss (coach vocal de Maria Callas pendant de nombreuses années mais aussi de Julia Migenes sur le film "Carmen"), elle crée aussi pour 2008 L'Heure Espagnole à Clermont-Ferrand et travaille sur un spectacle thématique sur Schubert.

En Juillet 2008, Julia Migenes donne un concert triomphal aux cotés de Placido Domingo et de l’Orchestre National du Caire au Jordan Festival d’Amman.

En 2009, Julia Migenes sort un album consacré aux divas d’Hollywood.

Philippe Calvario

Comédien au thé au cinéma, assistant de Patrice Chéreau (Henri VI, Richard III de Shakespeare et Phèdre de Racine), il a mis en scène de nombreux spectacles dont deux opéras : L'Amour des trois oranges de Prokofiev au Festival d'Aix-en-Provence (2004) et Angels in America de Kushner avec Barbara Hendricks et Julia Migenes au Théâtre du Châtelet (2004). 
Philippe Calvario a créé au Quartz Cymbeline de Shakespeare (2000), Alter Ego avec Julia Migenes (2006) et Electre de Sophocle avec Jane Birkin (2006). 
La Scène nationale de Brest a aussi accueilli ses mises en scène de La Mouette de Tchekhov (2002), Roberto Zucco de Koltès (2004), Grand et Petit de Botho Strauss (2005), sa lecture avec Patrice Chéreau des textes d'Hervé Guibert Le Mausolée des amants (2005), Richard III de Shakespeare avec Philippe Torreton (2006) et Trio autour d'un condamné à mort sur des textes de Jean Genet (2006).

Les lieder qui seront chanté par Julia Migenes

  • Ständchen
  • Fruhlingstraum
  • Erlafsee
  • Der Jüngling an der Quelle
  • Ständchen
  • Heidenröslein
  • Romanze
  • An die Musik
  • Die Vögel
  • Nacht und Traume
  • Die Junge Nonne
  • Du Bist die Ruh
  • Gretchen am Spinnrade
  • Meeres Stille
  • Gretchens Bitte
  • Auflosung
  • Ave Maria
Publié dans Actualités 2010

Lettre d'information

Pour rester en contact avec le Théâtre de l'Île, abonnez-vous à nos courriers d'information.
captcha 

Page FaceBook

Derniers commentaires

Haut de page