mardi, 21 février 2012 09:22

Le Jour de l’Italienne

Si vous vous demandez comment l’on monte une pièce de théâtre, ce spectacle est pour vous. Une troupe répète L’Epreuve de Marivaux. C’est parti pour quelques semaines, où, ensemble, il va falloir comprendre l’auteur, trouver son personnage, assumer son costume et surmonter ses fragilités.

Publié dans Saison 2010
jeudi, 19 août 2010 10:48

Le jour de l'Italienne

 

Extraits de presse

Le Masque et le Plume / France inter – 10 mai 09 

Jacques Nerson « C’est une petite forme parfaite. C’est extrêmement difficile ce qui se passe parce que montrer des comédiens en train de travailler ça prête très facilement à la caricature : comment montrer, quand on est comédien, un comédien encore un peu mauvais, encore un peu hésitant, comment montrer ses progrès, comment montrer qu’à un moment donné il commence à jouer ? C’est extrêmement subtil, en réalité, ce spectacle. […] On sort de là, on a qu’une envie c’est de voir le spectacle, qu’ils ont créé, parce qu’ils ont vraiment créé le spectacle, on le sent, il y a un spectacle derrière, il y a l’Epreuve de Marivaux qui existe. C’est très très joli, très tendre sur le monde du théâtre, très tendre sur Marivaux. C’est une déclaration d’amour au théâtre. Les comédiens sont formidables. C’est formidable, avec pas mal d’humour parce qu’en même temps les comédiens se moquent d’eux même, de leur égocentrisme et c’est pas caricatural. C’est subtil, c’est très très joli, c’est un bijou ce spectacle.

Gilles Costaz « Je suis d’accord avec Jacques Nerson. Parce que, je crois, qui si on veut vraiment comprendre le mécanisme du théâtre et de la fabrication d’un spectacle, y a pas plus beau que ce spectacle là, c’est vraiment d’une justesse sur la recherche de la traduction par les acteurs, par le corps, pas le décor, par les costumes, de ce que peut-être une œuvre qui au départ n’est que des mots, des répliques. C’est absolument merveilleux. »

Armelle Héliot « Sophie Lecarpentier est une jeune artiste dont j’aime beaucoup le travail. Tout a été dit sur la joliesse et le caractère délicieux de tout ça, l’amour du théâtre que tout cela manifeste, la manière formidable dont elle dirige ses camarades et comment ses camarades sont investis dans tout ça mais elle se moque aussi d’elle-même et c’est ça qui est merveilleux. Tout le monde est embarqué dans le même bateau de l’amour du théâtre. C’est vraiment une bulle de savon irisée magnifique »

Charlotte Lipinska «  J’ai partagé totalement le plaisir de mes camarades et surtout ce que je trouve très fort avec ce spectacle, c’est que sous son apparente légèreté, parce que c’est quand même très drôle, extrêmement accessible, il y avait des gens de tout âge quand j’y suis allée, c’est que sous cette petite légèreté, en fait, c’est extrêmement subtil, très fin, c'est-à-dire qu’elle ne cède pas du tout à la facilité que l’exercice pouvait susciter, c’est-à-dire de montrer des répétitions qui vireraient à la catastrophe, aux engueulades, aux incompréhensions, de manière caricaturale, tout est très fin, tout est juste souligné. Il y a énormément de clin d’œil Truffaut avec La nuit américaine, carrément des petites répliques piquées au film deci delà. Je trouve que ce spectacle devrait être imposé par l’éducation nationale. Avant d’étudier Marivaux aller voir ce spectacle. » 

Publié dans Actualités 2010

Lettre d'information

Pour rester en contact avec le Théâtre de l'Île, abonnez-vous à nos courriers d'information.
captcha 

Page FaceBook

Derniers commentaires

Haut de page