Bonjour,

le théâtre c'est aussi entendre les mots, alors venez assister à une lecture théâtralisée des textes de Charles Juliet.

Le Théâtre de l'île et la compagnie Kalachakra sont heureux de vous proposer cette soirée "lecture" mardi 10 juillet à 18h30. Les extraits seront lus par l'auteur en personne et il sera accompagné d'une comédienne. En effet, Charles Juliet est actuellement en résidence à Nouméa, à l'invitation de la CCI et de la Maison du livre.

Charles Juliet est un écrivain à l'œuvre intime et épurée, homme discret et éclectique, à l'écoute de l'être et attentif aux autres.

Auteur de nombreux recueils de poésie et de romans dont Lambeaux, ou L'année de l'éveil, il a été cité à plusieurs reprises pour le Prix Nobel de littérature.

Pleine de pudeur et de retenue, l'œuvre de Charles Juliet est une incessante quête intime, profonde et douloureuse. Lambeaux a été portée à la scène à de nombreuses reprises, en particulier par Sophie Mongin-Algan, avec Anne de Boissy au Théâtre de l'île en 2008.

Pour lui le travail de l'écrivain est mû par une recherche de sobriété, de simplicité et de précision. L'œuvre doit se rapprocher de la vérité. On sent chez lui un véritable désir d'authenticité et d'absolu.

Ne ratez pas cet instant rare de pouvoir entendre les mots d'un écrivain exceptionnel et notamment ceux de son dernier recueil Moisson qui est un choix de poèmes. 

Douce et paisible

est la nuit

Je n'ai plus peur

Ma lumière

a de solides racines

L'occasion est unique d'entendre la voix de cet auteur remarquable de sensibilité et d'humanité nous faire pénétrer au cœur d'une «découverte de soi» incomparable dans la littérature d'aujourd'hui.

Mardi 10 juillet à 18h30 - entrée libre et gratuite

renseignements et inscriptions au 25 50 50

Publié dans Lettre d'Information

Lecture N°5 : Henri Michaux - Cas de spontanéité magique

L’idée

Après Les langues paternelles, la semaine dernière, la Belgique reste à l'honneur puisque la compagnie cris pour habiter Exils vous propose une lecture de textes du poète Henri Michaux. 

Une lecture pour vous transporter dans l'univers inclassable, inventif et insolite de "l'ange du bizarre" comme le surnommait Maurice Blanchot.

Charlotte Collomb, Olivia Duchesne et Laurent Rossini vous liront des extraits de Plume, La vie dans les plis, La Nuit Remue, Poteaux d'angle et Qui je fus, donnant leurs voix à ces personnages embarrassés, clownesques, à l'humour aigu, toujours inadaptés au monde extérieur maléfique ou absurde mais jamais las d'évoluer dans ce bazar.

Carte blanche à la compagnie cris pour habiter Exils

En 2010, le public a été nombreux à venir écouter, redécouvrir, explorer des textes lus au pupitre ou dans une mise en espace déjà théâtralisée par la compagnie cris pour habiter Exils. Nous nous étions d'ailleurs quittés fin 2010 sur les Notes de cuisine de Rodrigo Garcia.

L’auteur que nous allons découvrir

Poète belge naturalisé français. En 1919, il abandonne des études de médecine pour devenir matelot, et exerce par la suite divers métiers. Il découvre alors l'oeuvre de Lautréamont qui l'incite à écrire. Il s'installe en 1924 à Paris et publie Qui je fus. Il fait alors de nombreux voyages : en Asie, en Amérique du Sud. Au cours d'un périple en Inde, il découvre les effets de la magie, qu'il assimile au processus de la création littéraire. La littérature n'est pas pour Michaux une représentation de ses fantasmes ou un simple divertissement, mais une véritable expérience vécue. Il travaille aussi le dessin qui lui apparaît comme plus libérateur, sans l'obstacle des mots chargés de tout un contenu qui fausse la signification qu'ils devraient avoir. Mais pour parvenir à l'exploration intégrale de ses "propriétés" (les espaces du dedans) et tenter de se débarrasser, le plus possible, des contraintes du dehors, il utilise des drogues. Il s'aperçoit que ce procédé n'est qu'un misérable miracle et abandonne ses tentatives. Jusqu'au bout, Michaux poursuivra inlassablement la recherche d'un équilibre qui ne s'établisse pas au prix de la négation de soi. Il meurt à Paris en 1984.

"Henri Michaux est essentiellement le poète de l'expérience intérieure. Par l'écriture ou la peinture, il explore ces "espaces du dedans" où le vertige nous attend, ces noman's land du corps et du coeur, des nerfs et de l'esprit, où l'aventure nous mène aux confins les plus reculés de l'indicible et dans les zones les plus dangereuses, mais aussi les plus révélatrices, de la sensibilité." 

René Bertelé

Jeudi 16 juin à 18h30

entrée libre et gratuite - inscription à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au 25 50 56

durée : 1h

Publié dans Lettre d'Information
dimanche, 12 juin 2011 10:17

lectures autour d'Henri Michaux

Lecture N°5

L’idée

Après Les langues paternelles, la semaine dernière, la Belgique reste à l'honneur puisque la compagnie cris pour habiter Exils vous propose une lecture de textes du poète Henri Michaux. 

Une lecture pour vous transporter dans l'univers inclassable, inventif et insolite de "l'ange du bizarre" comme le surnommait Maurice Blanchot.

Carte blanche à la compagnie cris pour habiter Exils

En 2010, le public a été nombreux à venir écouter, redécouvrir, explorer des textes lus au pupitre ou dans une mise en espace déjà théâtralisée par la compagnie cris pour habiter Exils.

L’auteur que nous allons découvrir

Henri Michaux est un poète belge naturalisé français. En 1919, il abandonne des études de médecine pour devenir matelot, et exerce par la suite divers métiers. Il découvre alors l'oeuvre de Lautréamont qui l'incite à écrire. Il s'installe en 1924 à Paris et publie "Qui je fus". Il fait alors de nombreux voyages: en Asie, en Amérique du Sud. Au cours d'un périple en Inde, il découvre les effets de la magie, qu'il assimile au processus de la création littéraire. La littérature n' est pas pour Michaux une représentation de ses fantasmes ou un simple divertissement, mais une véritable expérience vécue. Il travaille aussi le dessin qui lui apparaît comme plus libérateur, sans l'obstacle des mots chargés de tout un contenu qui fausse la signification qu'ils devraient avoir. Mais pour parvenir à l'exploration intégrale de ses "propriétés" (les espaces du dedans) et tenter de se débarrasser, le plus possible, des contraintes du dehors, il utilise des drogues. Il s'aperçoit que ce procédé n'est qu'un misérable miracle et abandonne ses tentatives. Jusqu'au bout, Michaux poursuivra inlassablement la recherche d'un équilibre qui ne s'établisse pas au prix de la négation de soi. 

Jeudi 16 juin à 18h30

entrée libre et gratuite - inscription à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au 25 50 56

Publié dans Actualités 2011
jeudi, 24 mars 2011 12:01

lecture au piano bar chez Paillard

C'est vraiment étonnant la réaction des gens quand on les surprends lors d'une lecture. Mardi à L'université, mercredi à la bibliothèque Bernheim et à l'art café... à chaque fois, ça ne laisse pas indifférent, ça choque, ça donne à réfléchir, ça doit même déranger...

Espérons que ce soir chez Paillard, le piano Bar bien connu des nouméens, entre piano et voix, nos lecteurs sauront vous donner le plaisir des mots...

Rendez-vous à 20h30 à la baie de l'orphelinat...

Publié dans Actualités 2011
mardi, 05 octobre 2010 09:35

Dernière lecture publique de l'année

La compagnie cris pour habiter Exils nous présente la dernière lecture publique de l'année le jeudi 7 octobre à 18h30 au Théâtre de l'île. Notes de cuisine, pièce de théâtre traduite de l'espagnol par Christilla Vasserot et publiée chez Les Solitaires Intempestifs en 2001, sera mise en bouche par Olivia Duchesne et Laurent Rossini.

Notes de cuisine est l'histoire des salades dans lesquelles nous nous démenons notre vie durant.

Venez nombreux goûter à l'univers acide-amer de cet artiste argentin.

Rodrigo Garcia est un auteur, metteur en scène et scénographe né en 1964 à Buenos Aires. Il vit et travaille à Madrid depuis 1986 où il a fondé en 1989 sa compagnie La Carniceria Teatro. Ses thèmes favoris sont la société de consommation, la dictature familiale, les conventions sociales. Ses textes sont souvent dérangeants et pamphlétaires même si le ton reste chaleureux et grotesque.

Il s'agit de fragments plus ou moins longs, toujours crus et cruels, prenant les formes les plus diverses : monologues, dialogues, listes à la Prévert, aphorismes… Un fil ténu les relie : une sorte de ménage à trois avec une femme désabusée, un "mari" amateur de boxe et d'opéra, et un jeune artiste frustré en guise "d'amant". On dirait la trame d'une pièce de boulevard, mais ce n'est que la toile de fond d'une suite discontinue de monologues, d'affrontements verbaux ou physiques, de farces grotesques, de provocations… A propos des mythes et des valeurs actuelles comme le mariage, le couple, l'homme au foyer, le désir, l'éducation des enfants…mais aussi le voyage en avion, le stade de football, l'artiste puisant son inspiration dans la souffrance, etc.

Extraits :

"Je leur explique que je vais remplir
Le stade Vélodrome d'Africains
Que je vais leur donner à manger
Et s'ils veulent venir
Qu'ils viennent
Ça va être une fête du feu de Dieu
Avec Bush‚ Aznar‚ Tony Blair‚ Chirac
Tous sur les gradins du stade
Et sur la pelouse
Une table de trois cents mètres de long
Des nappes blanches (...)"

Publié dans Actualités 2010
lundi, 14 septembre 2009 15:47

lecture du mardi 6 octobre

Les écrivants de l'atelier mené par Roland Fichet et organisé par le théâtre de l'île du 3 au 16 juin 2009, vous donnent rendez-vous le mardi 6 octobre à 19h00 pour découvrir les extraits de leurs pièces nées de cet atelier d'écriture et (re) découvrir l'oeuvre de Roland Fichet.

Au programme

  • Quoi Exactement ? de Anne Bihan
  • La Greffe de Alain Camus
  • Sans titre de Olivia Duchesne
  • Une Scène  et La vie s'est fait pour s'élever de Marie-Christine Mathieu
  • Soupe à l'exil de Moana Ségura
  • Je suis né vilain de Mina Vilayleck
Seront lus également les extraits de :
  • Micropièces
  • Anatomies 2008 - L'Etrange étranger - Ceci est mon corps
  • Anatomies 2009 - Comment toucher ?

de Roland Fichet.

Rendez-vous le 06 octobre au théâtre de l'île pour explorer l'univers de Roland Fichet et découvrir des textes inédits dans une ambiance conviviale.

Publié dans Actualités 2009

Lettre d'information

Pour rester en contact avec le Théâtre de l'Île, abonnez-vous à nos courriers d'information.
captcha 

Page FaceBook

Derniers commentaires

Haut de page